Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 13:28


Le village de la lande
Adalbert Stifter est une nouvelle dans laquelle il ne se passe rien. Elle se lit cependant fort bien, sans que je sache vraiment en quoi réside son charme.  Peter Handke a parlé de "lenteurs célestes" pour qualifier la prose de Stifter. Ces mots conviennent parfaitement bien pour cette courte nouvelle, parue pour la première fois en 1840 (Ed. Jacqueline Chambon, 1994, 63 pages, 8,85 €. Traduit de l´allemand par Bernard Kreiss).

Un jeune garçon de 12 à 13 ans garde chèvres et moutons. Son domaine est la lande qu´il domine du haut d´un Mont de Cheval, dont personne ne sait l´origine, car "de mémoire  d´hommes on n´avait vu trotter cheval dans les parages, celui-ci étant un hôte trop précieux pour la lande." Y règnait de nombreuses pierres, des genévriers chétifs parmi maintes fleurs de chardon, d´étonnantes fleurettes rouge feu ou bleu ciel dans l´herbe et la rocaille ensoleillées ; s´y trouvaient aussi des milliers d´insectes et de vermisseaux en habit d´or, de rubis et d´émeraude qui grimpaient, couraient et s´affairaient parmi le pierres, les herbes et les brindilles ... et des criquets, des sauterelles, des locustes, des escargots, des mouches, le bourdon, des papillons ; et enfin le bruant, le rouge-gorge, l´alouette, le chardonneret, la fauvette, le vanneau, et d´autres encore, beaucoup d´autres.

Son éducation achevée, le garçon décide de quitter père et mère ainsi qu´une grand-mère et une très jeune soeur. Il emprunte donc les pas d´un autre frère, également parti un jour, plus de soixante ans auparavant, mais qui n´était jamais revenu. On ne saura qu´au retour qu´il est allé à Jérusalem et qu´il a parcouru la lande du Jourdain. Il est revenu pour ne jamais plus abandonner son village et sa lande. Un espoir cependant ne se réalisera pas ; personne ne viendra habiter la grande maison de pierre qu´il a fait construire. Il a reçu une réponse négative d´Italie. Mais il peut prédire le temps. La pluie, comme il l´avait annoncée, tombera le matin, un dimanche de Pentecôte ; la moisson sera donc sauve.

La nouvelle s´achève par une adresse au lecteur : "Là s´arrête notre connaissance de Félix, l´habitant de la lande. -- De son action et des fruits de cette dernière, nous ne savons rien : mais quoi qu´il en soit -- le moment venu, présente-toi en toute confiance devant ton juge, homme pur, et dit : "Seigneur, je n´ai pu faire autrement que de cultiver le talent que tu m´as confié ", et si ton talent devait avoir été trop léger, sache que le juge te jugera moins sévèrement que les hommes."

Il y a dans cette adresse que je saisis mal une sagesse, une modestie et une sérénité qui m´étonnent : j´y vois un style à la fois biblique et bucolique . Mais l´aspect biedermeier ne peut être écarté. Je n´arrive à savoir pourquoi ce style m´émeut et m´apaise. Qui pourra m´éclairer ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Nouvelles - Récits
commenter cet article

commentaires

Claude 23/03/2009 14:30

Moi non plus je ne baisse pas les bras, je suis têtue et patiente !!Alors, Oyé Oyé moi aussi  je le cherche, en français !bonne journéeclaude

BOL 23/03/2009 14:27

Bonjour Claude,Moi aussi je cherche à me procurer "Les Cartons de mon arrière-grand-père" de Stifter. J´ai cru un moment y être parvenu en le commandant sur www.amazon.ca . Patatras ! Un courriel  du Canada m´a annoncé quelques jours après ma commande qu´on était dans l´impossibilité d´honorer ma demande. Mais je ne perds pas espoir. Je ne baisse pas si facilement les bras ...Quelqu´un connaîtrait-il des revendeurs susceptibles de céder leur(s) exemplaire(s) à un prix raisonnable ?Bonne journée.Bernard  

Claude 23/03/2009 13:47

Bonjour Bernard, ça ne m'étonne pas du tout, c'est vrai que l'on se retrouve face à des tableaux tout au long des pages.J'ai lu beaucoup de romans de Stiffter, mais je recherche "les cartons de mon arrière grand-père", qui semble être épuisé. L'as-tu lu ?Ici aussi c'est le printemps, et ça donne franchement envie de gambader ! Ton texte est très beau.À bientôt, Claude

BOL 21/03/2009 03:12

Bonjour Claude,Ce n´est pas pour rien que l´écrivain Adalbert Stifter est considéré comme le peintre des paysages. Il l´est aux deux sens du terme, puisque qu´il a longtemps hésité entre la peinture et la littérature. Ses descriptions du temps et des paysages de sa Bohême natale sont très visuelles, très colorées.Bonne journée.Bernard

Claude 18/03/2009 13:12

Bonjour Bernard,Ton billet m'a interpellé, et tu me fais me replonger dans Stifter ! J'ai commencé à relire ce livre hier soir, et ne l'ai pas fini, mais tout d'abord je ne suis pas d'accord avec toi, il se passe des choses dans ce livre !! On y apprend la vie des gens... il se passe un voyage, un retour...J'adore stifter, il a le mot juste, n'est pas mièvre, il dépeint les sentiments, les cadres de vie avec ce qu'il faut de mots et pas un de trop. Et puis, Stifter, c'est fermer les yeux et repenser à ce que l'on vient de lire, et là tout devient images...Bonne journéeClaude

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche