Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 13:32


Mon avis est plus que mitigé sur le roman Descendances d´Adalbert Stifter que Jean-Yves Masson a traduit de l´allemand et que Jacques Le Rider a longuement et intelligemment préfacé (Ed. Jacqueline Chambon, 1996, 151 pages, 16,80 €). Ce dernier met en évidence les éléments autobiographiques du récit sans négliger les aspects psychanalytiques du texte ; il montre aussi que sa construction et plus encore sa fin sont particulièrement ambiguës.

Ce roman a été publié en 1865, soit trois ans avant le suicide d´Adalbert Stifter. Je n´arrive pas pour ma part à me déterminer sur la manière de le lire : faut-il le considérer comme un bel exemple de littérature Biedermeierdans lequel triomphe l´univers petit-bourgeois de l´époque d´Adalbert Stifter et correspondant à ce que l´on appelle en France l´esprit louis-philippard Ou, au contraire, doit-on le lire comme une tentative de mise à distance, voire de dénonciation de cet univers étriqué ? Il n´est peut-être, après tout, qu´un livre raté à jeter au feu ... . Je ne sais. Je n´arrive pas aujourd´hui à approfondir davantage cette question. Mais je suis loin d´avoir fini de me la poser.

Ce roman, comme le remarque Jacques Le Rider avec raison, n´est sans doute pas "l´Art poétique" d´Adalbert Stifter. Mais il pose une question qui me tracasse depuis longtemps : l´"art" a-t-il pour raison d´être de finir par orner les murs d´un salon bourgeois, quel qu´en soit sa forme : portraits de famille, tableaux à cadres ajourés , et livres reliés à tranches dorées ou autres ?

Je doute pouvoir un jour répondre définitivement à cette question...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche