Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 13:10

PatrickHenry

 

 

De Patrick Henry (1736-1799), je ne savais absolument rien. C´est pourtant l´un des pères fondateurs de l´État américain. Fortement hostile aux prétentions britanniques de rester les maîtres du jeu sur le sol américain, il convainquit en 1775 les miliciens de Richmond, soit au tout début de la guerre d´Indépendance, de s´opposer par les armes aux troupes britanniques en terminant son discours par ses mots : "Donnez-moi la liberté, ou donnez-moi la mort !" J´y vois la force d´un Danton.

Scotchtown

Sa propriété de Scotchtown est admirable. Tout en bois elle pouvait recevoir un grand nombre de personnes. Premier gouverneur de Virginie, Patrick Henry eut 17 enfants ; six d´une première femme, morte assez jeune et demi folle ; onze d´une seconde, épousée alors qu´elle n´avait que 19 ans. Presque tous ont survécu. L´hygiène et la nourriture étaient saines.

 

Le guide nous a surtout montré les pièces de réceptions et les pièces du haut. Seules, deux "bizarreries" ont plus particulièrement attiré mon attention ; la pièce où dormaient les invités : les femmes dormaient toutes dans un immense grand lit ; et les hommes, dans la même pièce que celle des femmes, à même le sol sur un matelas ou une paillasse que l´on tirait de dessous le grand lit. Quant à la cuisine, elle était à l´extérieur du bâtiment principal, par crainte qu´un incendie n´embrase le tout. Bonnes précautions.

 

À vrai dire, c´est le sous-sol qui m´a le plus intéressé. C´est là que vivaient et s´entassaient les domestiques et les esclaves. Les femmes tissaient et filaient. N´étaient exposés que quelques meubles ; les explications de la guide, malheureusement, sont devenues assez sommaires. Dans les chambres du haut, au contraire, elle était prolixe, et nous laissait tout à loisir contempler avec émerveillement les travaux de couture et de broderie des femmes et filles de la maison. Comme partout ailleurs, les femmes de bonnes maisons occupaient donc leurs heures à enfiler des perles.

 

Quant au jardin (ou plutôt parc), je n´en ai pratiquement aucun souvenir. 

 

Lien : Trois semaines aux Etats-Unis (USA 1)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Réflexions de retraité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche