Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 09:23

LaMort.Jankélévitch

La mort, du philosophe Vladimir Jankélévitch (Flammarion Champs / essais, 1977, 474 pages, 9 €), est certes un livre important mais irritant à lire car truffé de néologismes impossibles à saisir ; pire : il ne fait que répéter de chapitre en chapite une seule et même chose : la vie est unique ; - et la mort, son contraire, est irréversible ; irrévocable. Qui en aurait douté ? Il faut pourtant passer outre car ses innombrables pages sont entrecoupées de lumineuses analyses sur la mort chez Tolstoï et quelques autres grands penseurs et écrivains des siècles passés :

MunchLithographie

 

"Sur le point d´achever dans la nuit sa mystérieuse existence commencée dans la nuit, Mélisandre murmure : Je ne sais pas ce que je sais (Acte V de Pelléas et Mélisandre de Maeterlinck). Vassili Andréitch (à la fin de Maître et Serviteur de Tolstoï) sait ce qu´il sait, et inconsciente, leur science est la science d´un même mystère ; et c´est une science nesciente, qui sait une chose ignorée : avant de savoir quoi, avant de savoir quelle chose, nous savons, nous, que ce sera une chose simple, extraordinairement simple et, à la manière bergsonienne, simple d´une éblouissante simplicité ; simple comme bonjour et bonsoir ; si simple que nous nous demanderons, le jour où nous saurons, comment nous n´y avons pas pensé plus tôt." (La mort, dernière page)

 

Liens :

 - Le Presque-rien ...   

   - Révélation

     - La mort d´Ivan Illitch

 

[Illustration Lithographie d´Edvard Munch]

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Essais-Philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche