Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 08:05

EnLaDemeure

En la demeure du poète Antonio Rodriguez (Editions Empreintes, 2007, 94 pages, 19,20 €, Moudon, Suisse) sonne au plus près des choses et au plus juste des mots que sont la chambre du malade, la vieillesse et la mémoire, la dépouille et le deuil, les flétrissures de peau. Chaque partie et sous-parties sont dédiées à qui de droit : "à ceux qui vieillissent",  "à ceux qui ont peur" ainsi qu´"à ceux qui boitent" ; puis, dans "l´entre-deux", "à ceux qui guettent". Et quand ensuite on sent que vient l´après, c´est le "trois fois rien" de "ceux qui n´y croient plus" :

 

               VI

 

Noël

ou la famille réunie                                         ViellardEtEnfant

cerclant la carcasse d´une volaille

s´efforçait de rire à la chaleur                             

de la fratrie qui s´anime et s´agite

Une chaise vide reste à l´écart

Le parent silencieux l´an dernier

regardait les vivants en étranger

sachant déjà mesurer son déclin

L´air de rien y voyait sa veillée

Qu´il était doux de les sentir insouciants

pensant la mort comme chose naturelle

alors qu´à présent cette chaise ...

 

.......................................................................

 

Des yeux étincellent - la joie malgré tout.

 

                            * * *

Et pour finir : "à ceux qui s´enferment" puis "à ceux qui fatiguent".

 

Liens :

 - Apprendre à mourir        

 

[illustration : Le vieillard et l´enfant Dominico Ghirlandaio (1449-1494)]

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Dominique 30/11/2010 18:05



En venant ici j'engrange des recueils de poésie qui font mon bonheur


je n'ai pas trouvé Atilla Joszeph c'est épuisé, il me reste à chercher sur parmi les sites d'occasion mais je persiste



BOL 28/11/2010 02:07



Colo :


Hier samedi, veille du premier dimanche de l´avent, j´ai vu pour la quatrième ou cinquième fois le ballet Casse-noisette du russe Tchaïkovski. Beaucoup de petites filles étaient accompagnées de
leur maman et de leurs frères et soeurs, Quelques-unes aussi de leur Grand-Papa et Grand-Maman. Les yeux étincellaient.


Passez, Colo, un excellent premier dimanche d´avent.


Bernard 



colo 27/11/2010 18:37



Entendu ce matin dans le parc cette petite fille de 4 ans qui disait à sa grand-mère: "quand je suis grande je veux être un papa". Le rire de cette dame plus très jeune résonne encore à mes
oreilles.


Passez une soirée agréable Bernard.



Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche