Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 12:39

RenoirBalançoire

La Balançoire de Renoir, peint en 1876, est un véritable instantané photographique. Il fixe un jeu de regards, d´abord celui de la jeune femme debout qui détourne les yeux, comme gênée de ce que, sans doute, lui dit le jeune homme de dos, et que surprend, étonnée, l´enfant de droite (sa fille ?), et plus encore l´homme dissimulé en partie par un arbre et que la femme ne voit pas mais qu´elle soupçonne ne pas être loin (son mari ?). La lumière, chatoyante, illumine le tout : le soyeux des vêtements, la terre du chemin, le vert tendre des feuilles, le brun coloré des arbres.

 

Bon connaisseur de la peinture du XVIIIe siècle, Renoir reprend à son compte un tableau qu´il ne peut ignorer : Les hasards heureux de l´escarpolette, plus simplement appelé L´escarpolette que Fragonard a peint sur commande un siècle plus tôt en 1767. Mais la tonalité est tout autre. FragonardEscapoletteMadame, jeune et souriante, écarte les jambes et laisse entrevoir ses dessous. Affriolé, le mari est aux anges et apprécie le zèle avec lequel l´homme de droite, sensiblement plus âgé, "met en branle" Madame assise sur son escarpolette, et qui, grisée par le vent et la vitesse, se prête au jeu avec complaisance. Sans oublier l´enfant-statue de la droite, qui, malgré son doigt dressé devant la bouche, qui semble aussi apprécier...

 

Renoir, qui, dans ses années d´apprentissage de peintre, apprit à reproduire sur porcelaine des scènes champêtres du temps de La Pompadour, ne pouvait pas ne pas connaître ce tableau désinvolte. L´influence est manifeste, mais le côté égrillard et libidineux est gommé et laisse percevoir une sensation simple et légère. Les temps ont bien changé. Et c´est ce qui est fascinant dans la comparaison de ces deux instantanés qu´un siècle sépare. Les jeunes gens de Renoir se détentent sans malice, même si on ne peut totalement exclure une scène de séduction légèrement ambiguë. Tout autre est la scène esquissée par Fragonard : elle décrit sans détour la salacité qui pouvait alors exister parmi certains représentants de la plus haute société. Les deux sont pourtant très représentatifs de leur temps : Fragonard peint une société qui s´achève - et qui l´amuse - mais que plus personne aujourd´hui n´envie vraiment. Renoir annonce au contraire une nouvelle ère, faite de détente et d´insouciance ouverte à un plus grand nombre et notamment les ouvriers, commerçants et employés qui commencent à profiter au mieux de leurs journées de repos en se rendant les dimanches sur les bords de la Seine ou de la Marne pour canoter ou danser : ce qui un peu plus tard, sous la IIIe République,  malgré les immenses tensions et la guerre qui couvait, sera ce que les livres d´histoire continuent à appeler "La Belle époque". Ce qui explique sans doute pourquoi Renoir est si apprécié aujourd´hui, alors que Fragonard, lui, est quelque peu oublié. Mais tous deux, chacun dans son style, représentent un aspect essentiel de leur siècle : une douceur de vivre et la recherche des plaisirs.

 

Lien :

 - De la sensation impressionniste

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Peinture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche