Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 11:35

J´ai terminé hier, de Christian Bobin, Les ruines du ciel (Gallimard, 2009). J´avoue avoir été déçu. Il n´y a guère de nécessité dans ce livre, fait de maximes personnelles reliées à l´évocation de la destruction de Port-Royal. L´influence de Pascal et de ses Pensées est manifeste. Mais Christian Bobin est loin d´être à sa hauteur. Il passe sans cesse du coq à l´âne. Par décalcomanie avec le grand Pascal, j´oserai affirmer qu´il fait plus souvent l´âne que le coq.

Eclats de vie et flambées de mysticisme, ces fragments égrenés - autres plaisirs minuscules - sont loin d´assécher notre soif. Dans l´un de ces fragments, Bobin "demande à un livre qu´il [lui] donne du courage et ne [le] trompe sur rien". C´est demander un peu trop : le meilleur livre, - comme la plus belle fille du monde -, ne peut donner que ce qu´il a. Reste que sa fascination des nuages et des fleurs des champs ne laisse personne indifférent : "Les fleurs dans les cimetières, par les cris de leurs couleurs, empêchent le ciel de passer trop vite au-dessus des tombes".

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Réflexions de retraité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche