Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 15:28

munoz

Dans le jour qui s`ètire

la lumière

tourne court

 

aucun dèsir devant

aucun retour arrière

 

reste la page

là 

blanche et sans mots

 

Liens :

 - heures sans fin

   - l`attirance du vide

 

[illustration Muñoz J`espère que vous pourrez en rire]

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

BOL 18/04/2012 13:42


Hèlder :


Ce n`est pas tant la page (ou le silence) qui angoise(nt), mais ce qu`on pourrait ècrire( ou souvent devrait taire).  


Merci pour le John Cage que je ne connaissais pas. J`ai surtout aimè le 3e mouvement.


Excellente fin d`après-midi.


Bernard


 


 


 

Hélder António 18/04/2012 05:06


L'angoisse de la page blanche





http://youtu.be/zY7UK-6aaNA





des nuits blanches








Bonne journée (avec ou sans gelée blanche), Bernard.

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche