Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 09:58

Je découvre avec bonheur Robert Walser et notamment ses "petites proses" cocasses, drôles et ironiques. Je ne connais pas encore ses Histoires d´images , recueil d´écrits sur les peintres qu´il aime. Son poème sur la Vénus de Le Titien est sans conteste charmant. Par comparaison, je me suis replongé dans Le musée retrouvé de Charles Baudelaire de Yann Le Pichon et Claude Pichois (Stock, 1992, 340 pages), ouvrage dans lequel on peut voir et revoir les tableaux que Baudelaire a si lumineusement commentés dans ses poèmes, ses divers Salons ou autres Ateliers.

Il n´est pas si curieux, à la réflexion, que Baudelaire soit passé à côté de Courbet et Manet. C´est qu´il y a, malgré l´incontestable puissance qu´il leur reconnaît, un peu trop de réalisme. Mais ayant découvert très tôt l´originalité des ciels d´Eugène Boudin, il est regrettable que Baudelaire n´ait eu le temps de découvrir les premiers "vrais" impressionnistes.

Cette remarque sur Boudin, que Baudelaire  a écrite sur le paysage dans Le Salon de 1859 , en est la preuve;  elle annonce avec bonheur "les merveilleux nuages" de L´Etranger : il prédit en effet à Boudin que personne mieux que lui ne saura "étaler [...] dans des peintures achevées les prodigieuses magies de l´air et de l´eau."

Eugène Boudin : Etude de ciel

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Peinture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche