Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 13:50

Tu t´en vas sans moi, ma vie.

Tu roules,                                                                 

Et moi j´attends encore de faire un pas.              

Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t´ai jamais suivie.

Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l´apportes.
À cause de ce manque, j´aspire à tant.
À tant de choses, à presque l´infini ...
À cause de ce peu qui manque, que jamais tu n´apportes.
       
Henri Michaux, La nuit remue.


[ Illustration : Le double secret, René Magritte (1927) ]

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Claude 10/01/2009 11:58

Bonjour Bernard, comme il est beau ce poème je ne le connaissais pas, pourtant j'adore Michaux.C'est vrai que le manque peut nous anesthésier, et nous empêcher un moment d'avancer, et pourtant nos vies filent si vite...à bientôtClaude

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche