Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 13:27

Le maire de Paris Bertrand Delanoë ne fait pas que parler vrai avec conviction, il essaie de parler clair. Ses entretiens avec Laurent Joffrin De l´audace (Robert Laffont, 2008, 290 pages, 20 € ) méritent d´être lus, que l´on soit ou non sympathisant socialiste pour la politique qu´il mène à Paris.

Oui, il est prêt à briguer la tête du parti socialiste, comme Ségolène Royal ou d´autres ; mais pas par ambition personnelle : pour faire progresser un parti qu´il estime aujourd´hui à court d´idées après "les étranges défaites " aux Présidentielles de 2002 et 2007. Si les valeurs et les idées qu´il défend avec une équipe rencontrent ensuite dans le pays un écho favorable, alors oui, il est prêt à s´investir encore plus pour son pays, sa famille politique, la gauche et ses valeurs.

Il se dit réformiste audacieux. De gauche ... et manager. Libéral ET socialiste. Son socialisme est donc différent de celui de Ségolène Royal.   

Il revendique des utopies concrètes. Il n´y a pas à substituer la communication à l´action. On ne pourra résoudre le problème de l´immigration que par le développement et non par la fermeture. Changer le réel ne pourra se faire que par l´action réaliste et progressive. Il affirme la puissance de l´Etat tout en reconnaissant ses limites ; il n´a par ailleurs aucune objection de principe à l´économie de marché.

Il dit oui à la démocratie participative, mais à condition de ne pas se contenter de recueillir des avis.

Il est important de faire comprendre que le droit à la sécurité est essentiel, car il commande tous les autres, pour la raison évidente que la liberté et l´égalité ne peuvent exister si l´on a peur pour sa vie et celle de ses enfants.

La justice n´a pas à être sévère : elle doit uniquement appliquer la loi.

Quant à la question écologiste, elle ne peut plus être un simple chapitre dans les programmes de la gauche. Elle doit être au centre du projet.

Ce livre d´entretiens est un livre sain, car il cherche sans outrecuidance à faire avancer le débat pour que la France s´engage peut-être un jour dans les vraies réformes dont elle a tant besoin si elle veut faire face à la mondialisation.

Son dernier chapitre concerne les questions internationales, avec comme mot final le mot Europe.

À chacun désormais de se faire sa propre opinion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Politique-actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche