Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 13:01



Le journal d´un homme de trop
du Russe Ivan Tourguéniev est un chef d´oeuvre. C´est une nouvelle d´un peu moins de 100 pages. Elle vient d´être rééditée dans une excellente petite collection de poche consacrée aux textes courts de vrais écrivains de France et d´ailleurs : Mercure de France, collection Le petit Mercure, 2007, 4,20 € . À lire ou relire d´urgence.

Un homme encore jeune finit par apprendre de son médecin qu´il n´a plus qu´une quinzaine de jours à vivre. Il décide alors de dresser dans son journal le bilan de sa vie. Ce sera vite fait, car ce dont il est sûr, c´est qu´il n´a été, de sa vie, qu´un homme de trop.

"Des hommes, il y en a de mauvais, de bons, d´intelligents, de bêtes, d´agréables, de déplaisants ; mais de trop... non". Si. Lui.

Sa mère ne souhaitait pas sa venue. Son père, joueur invétéré, n´avait aucune autorité. Il est mort d´une attaque en pleine nuit alors que lui, n´était qu´un enfant de 12 ans. Sa mère, " qui était dame de caractère... une dame très vertueuse, ( ... fut brisée par la douleur, mais, pleine de décence et de ses mérites ( ... ) ,  vendit chacune des propriétés sauf une, et paya toutes les dettes. A partr de là, la vie suivit son cours : "la maison natale, l´université, le service dans des postes subalternes, la démission, un petit cercle d´amis, une pauvreté décente, des plaisirs modestes, des occupations paisibles, des désirs modérés..."

Il ne s´est senti vivre que trois semaines. La nouvelle en est le récit, époustouflante de virtuosité.

Occupant un poste sans aucune responsabilité dans une misérable agglomération de 800 habitants, il tombe éperdûment amoureux d´ une jeune Lise de 17ans pour qui il ne sera rien. Mais un soir, en se promenant silencieusement avec elle lors d´un coucher de soleil aux flamboiements d´or qui embrase toute une moitié du ciel, elle est si profondément émue qu´elle fond en larmes. Lui se tait parce qu´il est sans expérience ; elle, parce qu´"elle n´avait sans doute rien à ( lui ) dire" . Mais il percoit le changement qui s´opère en elle : de jeune fille encore enfant, il percoit dans ces larmes et cette émotion qu´elle ne sait analyser, le changement de tout son être, quittant son état d´enfant pour devenir femme à la rêverie inquiète et au regard d´une soudaine douceur.

Il y a là quatre pages dignes du meilleur Flaubert.

Soyons clair. Cette nouvelle a été redigée en 1850. Madame Bovary sera publié en 1857. La nouvelle Le journal d´un homme de trop sera publiée en France en 1863. Aucune influence n´est donc possible. Mais il est pour le moins surprenant de constater que le bovarysme est déjà présent sous la plume de Tourguéniev, bien avant que Flaubert et Tourguéniev ne se rencontrent et s´apprécient.

Mais revenons à la nouvelle.

Un Prince N***, de St Pétersbourg, débarque dans ce misérable bourg pour prendre en charge des recrues. Il ne doit rester qu´une quinzaine de jours. Il restera quelques jours de plus, afin d´arriver à ses fins auprès de Lise, mais repartira en urgence sans prendre congé d´elle. Lise ne cessera cependant jamais d´aimer ce Prince N***, car il n´a pas cherché à la tromper en lui promettant le mariage.

Lors d´un bal qui ne pâlit pas d´étre comparé à celui de la Vaubyessard dans Madame Bovary, - bien que beaucoup plus court, ( nouvelle oblige ) -, l´amoureux éconduit provoque en duel le Prince N***. Celui-ci est légèrement blessé à la tête. En réponse, le Prince tirera en l´air. Ce qui humilie encore plus le jaloux.

A lieu de raconter dans le menu sa vie, le narrateur s´est complu à revenir sur cet épisode de trois semaines qu´il considère exemplaire de son insignifiance. Toute sa vie, il aura été un surnuméraire ; la cinquième roue du carrosse. Il va mourir. C´est un 1er avril. "Mourrai-je donc demain ? Il y aurait là quelque chose d´indécent. Mais cela me va bien, après tout..."

Remarquablement traduit par une certaine Francoise Flamant, cette courte nouvelle a le rythme des  meilleures pages ironiques de Flaubert, celles en particulier où Emma vit ses rêves, et celles, plus tard, où Frédéric, dans L´Education sentimentale, rêvera sa vie.

Les dialogues sont réduits au minimum. Les exaltations et les rêveries de la jeune Lise dignes de celles d´Emma. La lâcheté du Prince N*** est comparable à la muflerie de Rodolphe Boulanger de la Huchette. Il n´y a pas de Monsieur Homais. Mais les deux ou trois notables présents n´auraient pas fait du tort à Yonville-l´Abbaye. Et le Bizmionkov qui demandera Lise en mariage, baissera la tête quand elle dira oui. Il lui caressera la main avec une tendresse paternelle en guise de remerciement. Comme le bon Charles qui ne finissait jamais ses phrases, il faut l´imaginer heureux.

Tourguéniev, ne l´oublions pas, est aussi Russe. Comme Tchékov, capable d´édifier un bonheur ou de briser des vies en quelques répliques dites au cours d´un dîner, le Tourguéniev de cette nouvelle rédigée en 1850 dépeint non seulement en maître l´amour payé de non retour et l´humiliation pour l´homme de se sentir rejeté, mais plus encore le jeu ambigu de la femme qui se laisse séduire pourvu que les apparences soient sauves ; et l´homme velléitaire, rongé du mal terrible et doux de ne pas vivre.

D´une cruauté et d´une terrible lucidité. 

Magnifique.
                                                             ----------------

Autres liens possibles : - en ligne directe avec Tourguéniev : Premier amour.
                                   - en ligne avec l´humiliation : Victoria de Knut Hamsun
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Nouvelles - Récits
commenter cet article

commentaires

Paul Sanda 31/05/2008 09:55

Cher ami,je vous envoie un IBAN etc. dès que possible, dans la semaine prochaine ; je ne suis actuellement pas disponible. Dès le mois de juillet, nous publierons à nouveau deux poètes norvégiens : Stein Mehren, et Paal-Helge Haugen. Ils s'agit de recueils anthologiques. Amitiés d'ici. Paul Sanda.

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche