Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 08:26

Faut-il avouer, pour citer un personnage de D.H. Lawrence dans L´Amant de lady Chatterley qui détourne une citation de Renoir : je peins avec mon pénis ? Pour le moment, c´est incontestablement avec lui que j´écris. Comme le montre fort bien un dessin licencieux du graveur oublié Raoul Serres (1881-1971) http://img347.imageshack.us/img347/8370/stern0088ay.jpg

C´est Montaigne, en citant Diogène, qui a introduit dans la langue francaise le mot masturbation. Il critique dans son long chapitre Apologie de Raimond Sebond (II, 12) des Essais les évidences et les éternels poncifs du sens commun. Il souligne la liberté des opinions philosophiques touchant le vice et la vertu. C´est ainsi qu´il cite Diogène : Car Diogène exercant en public la masturbation, faisait souhait en présence du peuple assistant, de pouvoir ainsi saouler son ventre en se frottant. Diable !

Montaigne ne dit rien sur lui. Il n´est pas libertin. Il est libre penseur. Mais parle-t-on impunément de la masturbation ? Certes pas, comme l´affirme  sans fausse honte Philippe Brenot dans Eloge de la masturbation (Zulma,2002 (1997), 125 pages, 6,15 €)

J´ose emboiter son pas.

Je savais certes que l´onanisme remontait à La Bible et Onan. Mais c´est en lisant les articles onanisme et masturbation publiés dans l´encyclopédie libre Wikipédia que j´ai vraiment compris ce que Philippe Brenot tentait d´expliquer après avoir cité le passage de la Genèse concernant ledit Onan (XXXVIII). Comme quoi l´exégèse de La Bible a encore de beaux jours devant elle. 
BrenotMasturbation.jpg
Depuis que j´écris dans ce blog, je sens le pressant besoin non seulement d´enrichir mon vocabulaire mais surtout de m´assurer du sens exact des mots dans leurs diverses acceptions. Voilà pourquoi j´ai récemment acquis la dernière édition
 du Nouveau Petit Robert 2008. Fellation s´y trouve enfin comme je l´ai par ailleurs signalé. Je trouve cependant chagrin qu´il ne signale pas que Flaubert enfant utilisait emmerdant dans une lettre à un ami bien avant la date indiquée par le dictionnaire.

Je trouve plaisant que l´Académie francaise ait attendu 1835 et la sixième édition de son dictionnaire pour introduire le mot masturbation. Vu les moeurs de l´époque, je lui pardonne de confondre encore onanisme et masturbation. Mais que le Nouveau Petit Robert 2008 reprenne la même erreur me laisse coi. 

Aveu pour aveu, je n´ai pratiqué qu´une seule fois dans ma vie le coït interrompu, autrement dit l´onanisme. J´avais vingt-deux ou vingt-trois ans. Le désappointement physique et verbal de celle qui était avec moi cette nuit-là m´a dissuadé pour toujours de renouveler l´expérience. Gide que j´aime depuis que je l´ai découvert à quinze ou seize ans, remarque dans Si le grain ne meurt que je cite de mémoire, qu´atteint pas le grand âge, il n´a toujours pas compris comment son corps fonctionnait. Je n´ai pas sa science introspective, mais l´énigme du mien est un étonnement de tous les jours. Mëme si j´ai éprouvé à mon corps défendant que la mécanique des femmes et leur rhétorique étaient encore plus compliquées...


.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Psychanalyse-Psychiatrie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche