Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 10:07

Insomnie.jpg
La femme arrive.

Il s´arrête de lire le journal qu´il a sous les yeux. Il la regarde dans sa timidité.

- " Je vous dérange ? "

La femme sourit légèrement, mais elle ne répond pas.

- " Je vous vois arriver tous les jours de la semaine. Vous vous asseyez là à ma table. Et prenez un café comme aujourd´hui. Quand vous êtes en retard, vous ne faites que passer pour gagner la salle de cours. Mais vous suivez mon regard et moi aussi.

Silence.

Elle le regarde. Ils se regardent. 

Il demande : - " Vous êtes de quel signe ? "

- " Sagittaire."

- " Moi c´est Bélier."

Il lit son horoscope. Elle rit. Il lit à son tour le sien. Il la regarde. Il sourit. D´autres stagiaires comme elle sont arrivées. L´une d´elle, sans gêne, s´installe à coté d´elle. Ils évitent de se regarder. Le trouble devient visible. Il dit, d´une voix légèrement tremblante : - " Le cours va commencer."

- " Oui. "

L´autre femme se lève.

Elle reste assise. Ils se regardent avec moins de gêne, le désir dans les yeux.

- " Il a dû pleuvoir cette nuit. "

Silence.

- " Il fait encore un peu froid."

Elle se lève en le regardant. Comment supporter tout ce trouble ?

                                                                                * * *

Voilà bien quinze ans qu´il a vécu cette scène. Pourquoi s´en souvenir ce matin plutôt qu´un autre, après une nouvelle nuit bleue d´insomnie ? Tout cela n´a que trop duré. Mais est-ce si sûr ?

Il dit à voix basse : - "Je dors mal les nuits."

Elle se tait.

- " Il m´arrive trop souvent de pécher par faiblesse. En pensant à vous."

Nouveau temps de silence. Il imagine le bleu de son regard et le lin de ses cheveux. Comment ne plus aimer ? D´aussi loin qu´il se souvienne, il a en lui cette certitude d´aimer.

- " Je ne vous crois plus. Il y a trop en moi d´incertitudes. Vous m´avez perdue."

                                                                                    * * *

Le petit jour est venu. Elle a sans doute dormi comme si de rien n´était. Il aurait voulu la voir se lever, s´émerveiller du jour qui naissait, la voir se maquiller.

Il lui faudra désormais vivre dans le continent du silence, en imaginant sans doute à tort qu´elle pense encore à lui. Comme dans un nouveau vertige.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Olivier Lancelot - dans Contes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Souvenirs et impressions littéraires
  • Souvenirs et impressions littéraires
  • : Souvenirs et impressions littéraires (d´un professeur retraité expatrié en Norvège)
  • Contact

Recherche